Albert Richter est « suicidé » par la Gestapo

C'est le 31 décembre 1939, trop tard peut-être, que Richter fit ses valises pour la Suisse. Il monta dans le train avec son vélo, après avoir cousu dans les pneus 12,700 marks du Reich, qu'il avait promis de rapporter à un homme d'affaires juif de Cologne vivant à l'étranger. Pratique presque courante pour Richter et d'autres. Mais ce qui était presque sans risque jadis était mortel désormais. Car Richter était un homme à abattre. Comment la Gestapo sut-elle qu'il partait ? Comment sut-elle qu'il avait truqué ses pneus ? Une trahison vraisemblablement. En tout cas, sous l'œil de deux témoins cyclistes néerlandais, qui voyageaient dans le même train avec leurs vélos, Richter fut immédiatement confondu. L'argent découvert. Quant à eux, on ne toucha pas à leurs vélos.
L'histoire reste incertaine sur la date de la mort d'Albert Richter. Certaines sources parlent de décembre 1939, mais on retient généralement le 2 janvier 1940. Quant aux circonstances véritables de sa disparition il y a fort à parier qu'on ne saura jamais clairement. Lorsque son frère lui rendit visite le 2 janvier, il le trouva dans la morgue de l'hôpital de la prison de Lörrach, souillé de sang, le costume troué. On lui annonça ainsi qu'il s'était pendu.
La version qui fut livrée à la presse les jours suivants fut : un accident de ski dans les Alpes bavaroises. C'est d'ailleurs ce que retiennent encore des sources imprécises. Mais les deux témoins proposèrent leurs version des faits. Les autorités affirmèrent alors, alternativement, qu'il avait été abattu par des contrebandiers, ou qu'il s'était suicidé. Aujourd'hui encore certaines sources préfèrent penser que le choix lui a été donné entre le suicide et l'exécution, et qu'il s'est donné la mort sous la contrainte. Toutefois, il est probable que Richter a été torturé et mis à mort. Ernst Berliner, son ami, qui perdit de nombreux parents dans les camps, fit des recherches et tenta de faire ouvrir une enquête dans les années 1960. Mais à ce jour, cette mort reste mystérieuse. Albert Richter est mort à 27 ans.
©2002-2019 Museo del Ciclismo Associazione Culturale ONLUS - C.F.94259220484 - info@museociclismo.it - Tutti i diritti riservati

I dati inseriti in archivio sono il risultato di una ricerca bibliografica e storiografica di Paolo Mannini (curatore dell'Archivio). Le fonti utilizzate sono svariate (giornali, libri, enciclopedie, siti internet, archivi digitali e frequentazioni sui vari Forum inerenti il ciclismo). Chiunque desideri contribuire alla raccolta dei dati, aggiunta di materiale da pubblicare o alla correzione di errori può farlo mettendosi in contatto con Paolo Mannini o con la Redazione.