Blaise "Blagy" Quaglieri: "Mon oncle d'Amérique"

Le 08/04/16
Blagy Quaglieri. Un nom qui sonne peut-être encore aux oreilles des passionnés de petite reine. Un jour de 1949, le Villeurbannais a remporté avec son équipe française le Tour du Mexique. Installé depuis au Guatemala, il est pour Sonia Bove, ancienne élue municipale, « l'oncle d'Amérique ».





«Blagy Quaglieri est aujourd'hui âgé de 94 ans. Il est né en février 1922 à Isola Del Liri, province de Frosinone en Italie du Sud. Deux ans plus tard, pour des raisons politiques et économiques, ses parents (mes grands-parents maternels) quitteront leur pays et s'installeront à Villeurbanne où vivent déjà près de 9 000 Italiens. Ils ouvrent, non loin du marché aux puces, 47 avenue Thiers (qui deviendra avenue Antoine-Dutriévoz après-guerre), un café-pension de famille où se retrouvent des compatriotes italiens.
Ce quartier du Tonkin fut le leur, fut le nôtre avant d'être reconstruit dans les années 70. Il est resté longtemps notre périmètre de vie, nous qui étions si sédentaires. C'est la raison pour laquelle l'éloignement de notre Blagy représentait, dans les années 50, une originalité, une curiosité et un exploit...
L'oncle Blagy était un passionné de vélo. Lorsque ses parents décèdent en 1939 et 1940, il a déjà une notoriété en matière de courses cyclistes régionales. Fort de ses succès, il part pour Paris, en équipe nationale. Il passe professionnel chez France-Sport et est sélectionné avec un autre Lyonnais, Henri Sarrin, et deux Parisiens, Sylvestre Zosi et Léon Duhau, pour le Tour du Mexique de 1949. Tour que l'équipe de cyclistes français gagne.
Là-bas, Blagy devient "Blaise", ou bien "Blas". Dans la presse mexicaine, il est « el campeòn Quaglieri », « sensacional corredor de la cuarteta Francia ». Ici, le journal La République rappelle le 5 décembre 1950 qu'il a enlevé « la première place au classement général après avoir gagné six étapes sur douze » et qu'il a « contribué grandement à lancer le sport cycliste au pays des gauchos ».
Car Blagy et Léon ne quitteront plus l'Amérique centrale, participant à de nombreuses tournées cyclistes. Au Mexique tout d'abord, puis au Guatemala ensuite, Blagy s'investit totalement dans les compétitions cyclistes en qualité de directeur sportif. À Guatemala Ciudad, il ouvre une fabrique de chromage et de vélos. Il se marie. Se remarie. Et a un fils, Patrick, notre cousin guatémaltèque.
Notre oncle d'Amérique était, pour nous tous, comme une légende. Un personnage audacieux et héroïque dont nous ne nous lassions pas d'entendre les aventures contées par les parents et les voisins. Nous suivions attentivement ses exploits à travers ses lettres et les coupures de journaux.
Les rares fois où nous nous sommes revus, le vélo était au centre des conversations. C'était une joie de l'entendre raconter les courses avec la précision intacte des champions qui ont à la fois de bonnes et efficaces jambes et la tête bien faite pour la stratégie. Quand il racontait, il vivait à nouveau la course, comme s'il était encore en selle. Il est revenu deux fois à Villeurbanne, en 1963 et en 1985.
J'ignore si, quelque soixante années après son départ, des Villeurbannais se souviennent de lui mais lui n'a jamais oublié les noms de Tarrega, Conficoni, Sofietti, Colinelli, ni Antonin Rolland, ni les frères Geminiani, ni bien sûr Sarrin, Zosi, Duhau, ni les "potes" d'avant : Roger, Cantore, Bert, Vacher, Guelpa, Pagani, Bratti, et ceux pour lesquels il courut : Follis et Masse...
Des noms reliés au cyclisme, la grande passion de sa vie, qu'il emporta un jour de 1949 en Amérique centrale. »

http://viva-interactif.com/QneiK/mon_oncle_d_amerique_villeurbanne_avril2016.html
©2002-2019 Museo del Ciclismo Associazione Culturale ONLUS - C.F.94259220484 - info@museociclismo.it - Tutti i diritti riservati

I dati inseriti in archivio sono il risultato di una ricerca bibliografica e storiografica di Paolo Mannini (curatore dell'Archivio). Le fonti utilizzate sono svariate (giornali, libri, enciclopedie, siti internet, archivi digitali e frequentazioni sui vari Forum inerenti il ciclismo). Chiunque desideri contribuire alla raccolta dei dati, aggiunta di materiale da pubblicare o alla correzione di errori può farlo mettendosi in contatto con Paolo Mannini o con la Redazione.